Cliquez pour accéder
au programme 
"LES HANCHES PROTHESEES
EN DIFFICULTE"

En savoir +

Le point sur...

Traitements médicaux pour la hanche

Toute douleur de hanche doit faire poser deux questions :
Pourquoi je souffre ?
Comment soulager ma douleur ?

En fonction de la cause retrouvée, le traitement peut passer par une intervention chirurgicale ou par des moyens médicaux (médicaments, infiltrations, rééducation,...)

Infiltration

L’infiltration de cortisone dans la hanche doit être réalisée sous contrôle radiographique, car la hanche est une articulation profonde. Il s’agit d’une piqûre réalisée sous simple anesthésie locale, au cours d’une consultation. L’hospitalisation n’est donc pas nécessaire.

Ce geste permet l’introduction dans l’articulation d’un principe actif fortement anti-inflammatoire. Utilisée à bon escient, lorsque la dégradation de l’articulation s’accompagne d’une composante inflammatoire, l’infiltration soulage temporairement les douleurs et parfois de façon très prolongée. La constatation d’une efficacité confirme également la localisation coxofémorale des lésions douloureuses.

Viscosupplémentation

La viscosupplémentation est un traitement conservateur temporaire de l’arthrose. Le geste consiste à injecter dans l’articulation coxofémorale un principe actif à fort poids moléculaire, reproduisant les qualités du liquide synovial normal. L’injection est réalisée sous contrôle radiographique lors d’une consultation, et comprend une anesthésie locale. L’hospitalisation n’est donc pas nécessaire.

La viscosupplémentation offre un soulagement des douleurs de coxarthrose, dans l’objectif de retarder la pose d’une prothèse de hanche. Elle peut éventuellement être répétée si son résultat est satisfaisant.

Antalgiques

La dégradation de l’articulation de la hanche entraîne rapidement des douleurs. Le caractère des douleur est très variable : douleur lors de la pratique sportive, lors des efforts, lors de la marche, au réveil, douleur positionnelle ou douleur nocturne…

Les antalgiques ont une action exclusivement sur les symptômes douloureux. En cas de coxarthrose, ils permettent ainsi de conserver une bonne fonction articulaire de façon prolongée. Leur usage doit suivre certaines règles : respect des contre-indication, respect des doses maximum, respect des niveaux de prescription selon la douleur. Ils ne retardent pas l’apparition de la raideur articulaire.

Les antalgiques ne doivent ni être utilisés à l’aveugle, ni se substituer au traitement de la cause de la douleur.

Anti inflammatoires

L’altération de la hanche, qu’elle soit le fait d’une maladie inflammatoire ou d’un problème mécanique, comporte habituellement une composante de synovite douloureuse.

Les anti inflammatoires constituent un des traitements usuels au cours des pathologies de la hanche. Leur prescription doit respecter rigoureusement les indications et les contre-indications, compte tenu du risque de complication lié à une mauvaise utilisation.

Ils peuvent être administrés directement dans l’articulation coxofémorale lors d’une infiltration.

Chondroprotecteurs

Les médicaments protecteurs du cartilage sont utilisés dans l’arthrose débutante de hanche. Ils sont appelés anti arthrosiques d’action lente.

Le principe d’action est une inhibition de la dégradation du cartilage et une activation de la synthèse cartilagineuse. Ils sont utiles comme traitement de fond et peuvent diminuer les douleurs liées à la dégradation articulaire.

Leur effet protecteur sur l’évolution de l’arthrose n’a pas été démontré à ce jour.

Entretien musculaire

La dégradation de l’articulation de la hanche s’accompagne d’une perte musculaire progressive contre laquelle il faut lutter.

Pratiquer régulièrement de l’exercice physique n’est pas obligatoirement contradictoire avec les souffrances engendrées par les lésions articulaires. Il faut privilégier les activités peu contraignantes pour l’articulation coxofémorale : marche en terrain plat, pédalage en terrain plat ou en vélo d’appartement, battements de jambes lors de la natation.

D’autres activités physiques doivent plutôt être évitées, particulièrement celles qui génèrent des mouvements amples et forcées de hanche, ou des chocs violents et répétés.

La pratique de cet entretien musculaire ne nécessite ni prescription, ni tierce personne, et son coût est modéré. Réalisé raisonnablement, cet entretien musculaire peut prolonger durablement la fonction articulaire. Si une intervention chirurgicale devient nécessaire, la présence de muscles de qualité facilitera la bonne récupération post opératoire.
Accès au web documentaire "Un objet unique : ma prothèse de hanche sur mesure"

Kinésithérapie

La dégradation progressive de l’articulation coxofémorale entraîne de multiples symptômes : douleurs, raideur, instabilité, craquements, blocages… Le dysfonctionnement de la hanche retentit ensuite sur la colonne lombaire qui peut à son tour devenir douloureuse.

Dans ce contexte, la rééducation peut avoir plusieurs objectifs. Le kinésithérapeute peut participer à l’entretien des mobilités articulaires, retardant ainsi l’enraidissement. Il peut enseigner les exercices d’entretien musculaire, afin d’éviter l’apparition d’une instabilité. Il peut corriger une position vicieuse du membre inférieur ou une boiterie à la marche afin de limiter les répercussions sur la colonne lombaire. Des massages décontractant ont également un effet positif sur le bien être et la douleur.

Les techniques de physiothérapie ont également leur place dans les traitements visant à retarder la pose d’une prothèse de hanche.

Chiropractique et hanche

La Chiropratique est la 1ère profession manuelle de santé au monde. Elle est reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé (l’OMS). La formation requise est de minimum 6 ans d’études après le baccalauréat avec 6000 heures de formation en sciences cliniques et médicales, 270 heures de dissection et un an de pratique en clinique.

La Chiropratique peut être pratiquée pour des soins préventifs, aigues et chroniques. Bon nombres d’athlètes de haut niveau consultent un chiropraticien pour les aider à avoir de meilleures performances. La population d’aujourd’hui vit mieux et plus longtemps, mais il est très important d’assurer le bon fonctionnement des différentes parties du corps pour éviter les dégénérescences précoces.

La Chiropratique soigne principalement la colonne vertébrale. Cette dernière est extrêmement importante dans la sante d’un individu et son dysfonctionnement peut créer des douleurs dans différentes parties de corps comme les extrémités et notamment la hanche. Une hernie discale peut créer des engourdissements, des faiblesses de la jambe ou même des sciatiques qui descendent jusqu’au genou dont l’importance de garder la colonne en bonne sante pour éviter l’apparaissons des hernies.

Avec l’âge et/ou à cause d’activités physiques intenses les articulations se dégradent. La hanche est une de ces articulations qui sont souvent touchées. Cette dégradation est d’autant plus précoce si la mobilité et les distances physiologiques naturelles de l’articulation ne sont pas maintenues. La chiropratique travail sur cette articulation localement et à distance via la colonne vertébrale avec des manipulations afin de maintenir de bonnes amplitudes de mouvement.

Des traitements chiropratiques réguliers effectués avec des manipulations ciblées sur la colonne vertébrale et la hanche peuvent avoir un effet de prévention et d’amélioration considérable sur l’état clinique d’un patient.

Colleen Prendergast
Docteur en chiropractique
www.chiropratique-sport.com

Auriculothérapie

L’auriculothérapie est une technique d’acupuncture fondée sur la représentation du corps humain au sein du pavillon de l’oreille. Il existe un point très précis sur chaque oreille, correspondant à la hanche.

La consultation d’auriculothérapie comprend un premier temps d’interrogatoire. Ensuite, l’auriculothérapeute explore l’ensemble du pavillon de l’oreille avec un détecteur afin de localiser les points qui réagissent. Des micro-aiguilles spécifiques sont ensuite positionnées sur les différents points stratégiques. Elles seront portées jusqu’à leur chute spontanée.

L’auriculothérapie offre parfois des résultats très rapides sur les douleurs, mais son efficacité n’est pas toujours prévisible.

Régime hygiéno-diététique

La surcharge pondérale aggrave les symptômes douloureux liés à une dégradation de l’articulation de la hanche. La surcharge pondérale augmente également les contraintes articulaires et accélère le processus dégénératif. Les répercussions se cumulent enfin au niveau de la colonne lombaire et des genoux.

La perte de kilos superflus et la pratique régulière d’une activité physique raisonnable sont donc souvent recommandées pour permettre une amélioration de la fonction de la hanche. Les effets positifs se font également sentir sur l’ensemble de l’organisme, ressenti comme une amélioration du bien être.